WWII

Bataille des Alpes

Le terme de bataille des Alpes désigne l’affrontement entre la France et l’Italie en juin 1940 dans le cadre de la bataille de France lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle oppose l’armée des Alpes française, commandée par le général René Olry, subordonné par le Général Montagne et le général Magnien1, au groupe d’armées Ouest italien (Ire et IVe armées), dirigé par le prince Humbert de Savoie, sur la crête des Alpes ; l’armée des Alpes doit ensuite également affronter le XVIe Panzerkorps allemand du général Erich Hoepner qui arrive du nord et prend l’offensive dans la vallée du Rhône.

Déroulement de l’invasion italienne

Le 10 juin 1940, jour de la déclaration de guerre par l’Italie, l’armée des Alpes du général Olry ne dispose que d’environ 185 000 hommes2 répartis en trois divisions d’infanterie de réserve de type B, trois secteurs fortifiés (de la Savoie, du Dauphiné et des Alpes-Maritimes) et un secteur défensif (du Rhône) de la ligne Maginot, le tout appuyé par une forte artillerie de montagne (65 groupes). Parmi ces forces, il y a 84 sections d’éclaireurs-skieurs qui sont des troupes d’élite.

Les forts alpins sont essentiellement des modèles de type Séré de Rivières, construits à partir de 1880. Dès 1928, ils sont renforcés par de nouvelles constructions, essentiellement réparties dans les Alpes du Sud. L’on trouve également des ouvrages de la ligne Maginot alpine.

Cette armée a été victime de plusieurs ponctions importantes, d’abord à cause de la campagne de Scandinavie, puis de la défaite sur le front du Nord-Est. À la déclaration de guerre, elle fait sauter les routes, tunnels susceptibles d’être utilisés par le groupe d’armées Ouest du prince Humbert de Savoie. Les forces italiennes regroupent 22 divisions et plus de 300 000 hommes. Ce sont des forces peu entraînées, mal équipées et peu motivées.

Malgré tout, ces forces lancent quelques attaques entre le 11 et le 19 juin. Elles sont repoussées. Des attaques aériennes italiennes sur Toulon et les aérodromes du secteur sont repoussées et l’aviation française attaque les terrains de Gênes et de Turin.

Le 21 juin, les Italiens sur ordre de Mussolini, lancent une violente attaque générale. À Menton le XVe corps italien est repoussé par les forces du secteur fortifié des Alpes-Maritimes (moins d’une division). Dans l’après-midi, quatre mortiers français de 280 mm ouvrent le feu du fort de l’Infernet sur le fort du mont Chaberton qui menace Briançon 17 km plus bas avec ses huit canons de gros calibre. Six des huit tourelles sont détruites.

Le 23, les Italiens s’emparent d’une petite partie de Menton. Partout ailleurs, les forces françaises résistent, bien qu’étant en infériorité numérique. Partout comme à la bataille de Pont Saint-Louis, les forces françaises se battent furieusement.

Article détaillé : Bataille de la vallée du Rhône (1940).
De plus, depuis le 15 juin, le général Olry a dû prélever des forces, notamment de l’artillerie pour préparer un second front, devant la menace allemande. En effet, le 15, les Allemands sont à Dijon. Il crée le groupement du général Cartier, avec des unités de bric et de broc, une division coloniale qui servait de réserve d’armée, des marins, quelques chars, de l’infanterie qui se sont repliées depuis le Nord-Est. Ce groupement est équipé avec du matériel de récupération. Les 30 000 hommes qui le composent vont être chargés de tenir sur trois lignes de défense successives : le Rhône, l’Isère, la Durance.

Lyon étant déclaré ville ouverte, le groupement Cartier doit se replier dans le département de l’Isère, après de durs combats à Chasselay. Dans la soirée du 20, Olry fait sauter les ponts. Malheureusement, au nord des Alpes, la région de Seyssel et Culoz est maintenant sous le contrôle du 2e groupe d’armées, en pleine débâcle, et les mêmes consignes ne sont pas appliquées. Malgré la résistance de quelques éléments, comme le vieux Fort l’Écluse, le groupement A du XVIe Panzerkorps du général Erich Hoepner composé pour l’essentiel d’éléments de la XIIIe division motorisée, parti de Bourg-en-Bresse, occupe Aix-les-Bains le 23 juin. Le groupement B (IIIe panzer) est stoppé à Voreppe, à une douzaine de kilomètres de Grenoble durant deux jours par l’artillerie française du général Georges Cartier, qui lui inflige de très lourdes pertes les 23 et 24 juin. Le feu nourri d’une batterie de 155GPF et de deux de 105, positionnées du côté de Claix dont le tir est réglé par le Capitaine de réserve Lombard installé sur le Bac de l’Echaillon, tout comme par deux batteries de 75 et huit pièces de 47 de marine installées sur les deux rives de l’Isère bloque les blindés allemands3. Une colonne motorisée allemande tente une manœuvre de débordement par le nord en enlevant le col de la Placette, mais reste bloquée dans sa progression vers Voreppe. La bataille des Alpes prend fin avec l’armistice du 24 juin 1940 signé entre la France et l’Italie. L’armistice en vigueur à partir du 25 juin à l’aube apporte une conclusion à cette bataille de Voreppe, qui a le mérite dans un ultime sursaut de permettre à la ville de Grenoble d’échapper à l’invasion.

Les pertes italiennes sont d’environ 6 000 hommes, d’environ 250 soldats pour l’armée des Alpes et sont inconnues pour le groupement Cartier.


Voir en ligne : wikipedia

Lire aussi

Fortifications à explorer

Stützpunkt 255 - Fort du Roule Cherbourg

Plan des défenses du fort du Roule à Cherbourd

Fortifications

PNG - 3.7 Mo

Siracourt The Wasserwerk Bunker

The Wasserwerk Bunker combined a launch position and the German V-1 missile plant of the Third Reich