Association village

Accueil > Humeur > Ascenseur en panne : RAS LE BOL !

Ascenseur en panne : RAS LE BOL !

lundi 22 octobre 2018, par idp

… ÉCRIVAIT FLORENCE HUBIN, EN SEPTEMBRE, DANS LE PARISIEN
RÉSUMANT L’AVIS DES UTILISATEURS DES ASCENSEURS ET ESCALATORS
PERMETTANT L’ACCÈS A LA DALLE DEPUIS L’AVENUE DE LA DIVISION LECLERC

RAS LE BOL, DEPUIS QUAND ?

Voilà plus d’une décennie que tous ces utilisateurs en ont ras le bol. Il a fallu attendre le projet Trinity pour voir construit le premier ascenseur ! Soit environ deux ans d’attente … Et dès le début, sa fiabilité a été mise en cause.
Aujourd’hui, il faut toujours plusieurs semaines pour obtenir les pièces détachées pour cet ascenseur.
Madame Marie Guillaume, Directrice de « Paris la Défense » (anciennement « De Facto ») a l’honnêteté de reconnaitre que certains matériels sont obsolètes, tels les escalators ‘’un peu anciens’’, déclare-t-elle (lls ont plus de vingt ans !). On avance comme excuse ‘’une usure anormale des rainures des marches’’. Solution dans six mois apprend on dans « Le Parisien » ; Deux ans dans le numéro 3 de La Gazette de La Défense (https://lagazette-ladéfense.fr).
Le fonctionnement des équipements d’accès de GAMBETTA, REGNAULT, LECLERC et du QUARTIER DE L’ARCHE est décevant : trois ascenseurs de moins de deux ans qui n’ont jamais trouvé un rythme de fonctionnement normal.
QUARTIER GAMBETTA : reconnaissons que le nouvel escalier, par sa structure et le module de ses marches, est une réussite … Association Village a œuvré pendant des mois pour obtenir ce résultat ! En revanche, qu’en est-il de l’élévateur rénové on ne sait plus combien de fois ? Il est obsolète et l’on est incapable de trouver une solution de réparation …
QUARTIER DE L’ARCHE : là aussi, les escalators ont plus de vingt ans. On ne peut pas prétendre qu’ils ont vieilli prématurément. Tous les arguments de vandalisme ne sont pas les raisons essentielles : Association Village a demandé de consulter les carnets d’entretien qui auraient permis de connaitre l’exactitude des faits, cela a été refusé. Les techniciens intervenant pour les dépannages sont plus précis et affirment que « le matériel a fait son temps ».
Mais restons positifs et rappelons les engagements de Madame La Directrice de « Paris la Défense » :

  • des délais plus courts pour rétablir le bon fonctionnement des équipements ;
  • la mise en place de HSAE, plate-forme qui permet de mutualiser toutes les données concernant les problèmes et incidents ;
  • le changement de prestataire afin de garantir un niveau de fonctionnement plus satisfaisant, complété d’un système de bonus-malus.

Faisons table rase du passé et envisageons un avenir plus satisfaisant !